An Interview With… Romuald.

IMG_8835

Quelles études fais-tu ?

Je suis en première année d’Information-Communication à la Sorbonne Nouvelle à Paris.

Quel métier souhaites-tu faire plus tard ?

Je ne sais pas exactement mais j’aimerais soit travailler dans une agence de mannequin en tant qu’Agent, soit travailler dans un magazine en tant que Stylist Editor ou dans la photo. J’aimerais en tout cas travailler dans quelque chose de créatif.

Pourquoi ?

Parce que j’aime la mode, j’ai une sensibilité particulière à la beauté. J’ai toujours aimé ce qui était beau esthétiquement que ce soit les personnes, les objets, les peintures. J’aime l’idée de créer des images.

Quels magazines lis-tu ?

Je lis rarement les magazines de mode mais je les regarde pour les photos parce que je trouve que le contenu n’est pas particulièrement intéressant. Le contenu écrit est pour moi plus de la pub qu’autre chose. Sinon, je regarde les magazines comme Vogue Paris, Vogue Italia, Vogue UK, Vogue US, W Magazine, Interview, V Magazine, Love, Dazed & Confused, Wonderland, Man About Town, Numéro et Numéro Homme.

Quels magazines aimes-tu particulièrement ?

J’aime particulièrement Vogue Italia  parce que je trouve que leurs idées d’éditorials sont toujours très poussées et en même temps pas du tout stéréotypés fashion. Il y a beaucoup de thème qui sont rébarbatifs dans les éditorials de mode : le maillot de bain, la plage, la fille avec la cigarette où le Vogue Italia ne tombe pas directement. C’est toujours très mode sans être dans le stéréotype du magazine de mode. J’aime aussi Interview Magazine pour les même raisons que pour Vogue Italia.

On s’est rencontré pendant une Fashion Week et je voudrais savoir ce que t’apporte le fait d’aller à un défilé de mode ?

Parce que déjà c’est marrant d’y entrer sans invitation et de pouvoir dire qu’on les a berné ! Et je pense que quand on aime la mode c’est un rêve d’aller voir un défilé, de voir les vêtements, les mannequins ( hommes spécialement ). C’est une suite logique. Aller dans les backstages est aussi excitant. Une fois je suis entré dans les backstages de chez Mugler Femme et pour une autre marque Homme, Hardy Amies. Ils étaient tous à poils, c’était marrant.

Quels sont tes créateurs préférés ?

Alexander Mcqueen, John Galliano, Tom Ford, Nicolas Theysken mais quand il était encore chez Nina Ricci, Rochas et Alexander Wang. Je trouve qu’Alexander Wang pour Balenciaga s’en sort plutôt bien pour une première saison parce qu’il a un univers très urbain, street qu’il a réussi à dépasser et ce même pour sa propre marque, tout en le conservant. Il a mis quelque chose de beaucoup plus travaillé, plus défini et propre aussi chez Balenciaga. Je pense qu’il est très bien pour Balenciaga. Peut-être que je n’aurais pas dit la même chose trois ans avant, mais quand on voit la collection et les coupes, le tout est intéressant.

Quels sont tes mannequins préférés ?

Chez les femmes, le premier mannequin qui m’a plu a été Jessica Stam parce que j’aime son regard, son visage. Il y a Freja Beha parce que tout le monde est amoureux d’elle. J’aime beaucoup Catherine McNeil, je trouve qu’elle a vraiment un truc. Dans les nouvelles mannequins, il n’y en a pas beaucoup  qui me plaisent. Chez les hommes, il n’y en a pas beaucoup qui me plaisent non plus mais j’aime bien Simon Kotyk et Andrej Pejic. Je trouve qu’un mannequin homme est intéressant avec un côté androgyne. Il y en a qui ont un côté plus éditos ou défilés qui sont beaux mais je préfèrent quand ils sont différents du beau garçon banal.

Il y a beaucoup de controverse sur la minceur des mannequins. Il y a tout un fantasme autour du mannequin qui ne mange pas alors qu’en réalité ils mangent. Est-ce que tu penses que ça influence les gens sur leurs trains de vie ?

C’est vrai qu’il y a beaucoup de fantasme par rapport à ça des deux côtés. Il y a un vrai fantasme autant du côté des mannequins qui se montrent en train de s’empiffrer de gâteau au chocolat et autant du côté des gens  qui pensent qu’ils s’affament. On sait tous que si on ne mange pas, on meurt donc que je pense que c’est évident qu’ils mangent mais pas du McDonalds tous les jours. Ça a toujours fait une controverse parce qu’ils ont toujours été plus ou moins maigres. Ils n’ont pas toujours été aussi jeunes qu’aujourd’hui mais on a toujours su que tel top modèle avait été repéré à 16, 15 ou 14 ans et qu’elle était déjà comme ça. Ça a toujours marché comme ça et je pense que ça marchera toujours. C’est aussi au grand public de comprendre que tout le monde ne peut pas être mannequin et que si ces garçons et ces filles sont mannequins, c’est bien pour une raison. Il faut juste accepter que tout le monde ne mesure pas 1,80m et pèse 50kg. On peut quand même apprécier la mode sans avoir un physique de mannequin et sans chercher à l’avoir.

La tendance du minimalisme est très vive maintenant avec des designers comme Raf Simons, Jil Sander ou des marques comme Maison Martin Margiela. On a l’impression qu’il faut avoir des vêtements de créateurs minimalistes pour se dire appartenir à la mode. Tu penses que c’est le cas ?Je ne suis pas très sensible au minimalisme parce que ce n’est pas vraiment ce que j’aime, du moins pas celui auquel on est confronté aujourd’hui. Parfois, ça ressemble plus à des blouses d’infirmières plutôt qu’à de véritables vêtements.

Pour toi, c’est quoi le minimalisme ?

C’est des coupes très épurées, précises et claires. Un vêtement qui a des coupes dites minimalistes peut avoir des détails avec un vrai travail fait dessus. Je pense notamment aux collections de Decarnin quand il était chez Balmain avec les épaulettes de ses vestes très géométriques. Qui dit minimalisme dit géométrie. Après, je comprends que certaines personnes pensent que le minimalisme est quelque chose de minimal dans les coupes et dans les détails. Je ne trouve pas ça intéressant parce que le minimalisme enlève à la mode son aspect mélodramatique, son côté spectacle.

Comment définis-tu ton style ?

Simple. Peut-être que je suis un peu minimaliste au sens qu’entend la plus part de gens parce que j’aime les belles coupes, les matières de qualités même si je ne peux pas toujours m’en acheter. J’aime quand quelque chose est bien fité comme un slim, un beau blazer. Je n’aime pas quand tout est près du corps ou quand tout est baggy.

Les blogueurs prennent de l’importance avec l’univers du street style et ceux qui viennent pendant les Fashion Weeks avec l’envie d’être pris en photo. Crois-tu que ça apporte à la mode quelque chose d’autre que le cliché d’un univers qui ne pense qu’à son apparence ?

C’est bien dans un sens parce que ça a permis à des blogueurs de s’imposer puisqu’il y en a qui sont invités à tous les défilés, qui ont des cadeaux. Je trouve que le street style n’apporte rien parce qu’on s’aperçoit que ce sont des gens apprêtés qui ne mettraient pas ce qu’ils portent dans leur vie de tous les jours. Ça peut donner des idées pour un éditorial, une série de mode, mais pas pour aller travailler.

Est-ce que le street style homme est aussi influent et important ?

C’est toujours marrant et intéressant de voir des gens qui créent ou qui ont un style sur eux mais je ne pense pas que ça va donner envie à un homme lambda de s’habiller de la même façon.

Quel est ton style de musique ?

J’ai des goûts assez éclectiques comme le rock, le rap … J’écoute plus la musique suivant un artiste que suivant un style en particulier comme Lana Del Rey, Amy Winehouse. Sinon j’écoute de tout.

Par rapport au monde de la musique, beaucoup d’artistes influencent la mode comme dans les récentes campagnes d’Hedi Slimane pour Saint Laurent Paris. Penses-tu que les musiciens ont une aussi grande place dans la mode et que cela durera ? Peuvent-ils aider ainsi les marques à vendre ?

Ça a toujours duré et je pense que ça fait parti de la mode. Les musiciens ont un style particulier qui influencent beaucoup leurs fans. Quand on voit Rihanna qui se rase la moitié de la tête, qui est reproduite par toutes les filles qui se revendiquent du même style qu’elle, on voit bien qu’il y a une vrai influence des musiciens de par leurs styles. La musique et la mode s’inspirent mutuellement parce que la musique est aussi un style de vie. Chaque style de musique va donc promouvoir un style d’habillement et qui dit style d’habillement dit mode. Il y a donc un désir pour les marques de choisir un artiste suivant l’image qu’elle veut projeter pour attirer ses clients.

Ton plus grand rêve ?

Être Anna Wintour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s