Rick Owens

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On m’avait prévenu qu’un défilé Rick Owens t’emportait loin. Très loin. Et c’est chose faite … C’est bon, plus la peine de résister à ce créateur. Je pourrais dire que je suis amoureux de lui, mais ça sonnerait faux parce que je ne suis pas amoureux de lui en tant que lui physiquement, mais je le suis du point de vue de ce qu’il fait et notamment de sa récente collection.

Je vous avais déjà parler de ce créateur, en vous disant que je trouvait qu’il était terriblement sombre. Mais en ayant assisté en vrai de vrai à ce qu’il sait faire pour l’homme, j’ai directement changé d’avis.

Ok, ce n’est pas un défilé qui risque de révolutionner le monde du minimalisme ( même Rei Kawakubo s’est un peu calmé ) mais il y avait une telle vibration avant ( le temps d’attente a été au moins de 30 minutes ), pendant ( la musique était tellement forte que j’en avais les oreilles pétés ) et après le défilé qu’en vous écrivant cet article, j’en frissone.

Déjà, la musique. Je discutais avec une amie qui me disait qu’il utilisait des musiques plutôt underground, terrifiante avec des enceintes tellement fortes qu’on était en tremblement intensif pendant le défilé. C’est chose faite, parce que non seulement la musique vous prend au tripe mais en plus vous êtes sur de faire des cauchemars pour le reste de votre vie.

La collection. Pour résumé, je dirais … très Rick Owens. Du noir, du gris. On avait l’impression de voir sortir des hommes de Neandertal ( version civilisé bien sûr ) qui affrontent le grand froid avec des gants tout en fourrures, des bottes qu’on porterait pour affronter les trottoirs enneigés des grandes villes. On reste minimal dans les manteaux, en portant du blanc, du blanc cassé ou du noir. Les pantalons sont slims mais strecht pour plus d’aisance dans les enjambées.

Le casting. Ou devrais-je plutôt dire LES CHEVEUX ! Je pense qu’Eugeniy Sauchenka et Paul Boche ont du se sentir tellement libre dans avec leurs cheveux. C’était vraiment l’archétype de l’homme du Nord ( qui existent encore ) avec son visage qui n’inspire pas la sympathie ou l’amour ou encore l’espoir. L’homme de l’hiver prochain pour Rick Owens sera un homme dur et grincheux, qui écoute du rap violent ou de la bonne techno qui envoie.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s